24°

24/06/2018 Belley

25°

25/06/2018 Belley

26°

26/06/2018 Belley

28°

27/06/2018 Belley

Cathédrale Saint Jean-Baptiste
Site et monument historiques

Cathédrale Saint Jean-Baptiste

Cathédrale du XIXe s. avec portail nord du XIIe s. et abside du XVe.

A côté du Palais épiscopal, entre la place du parvis et la place Popielusko, se dresse la cathédrale St-Jean-Baptiste.

Sur cet emplacement, une église paroissiale a sans doute succédé à un temple romain dédié à Cybèle dont il ne reste que des colonnes.
Une première cathédrale fut consacrée en 722, probablement rebâtie au XIIe s.

Quelques mots sur l'histoire du diocèse :
L'existence du siège épiscopal de Belley remonte au début du Ve s. (présence de "Vincentius episcopus Ecclesiae Belicensis" aux conciles de Paris en 552 et de Lyon en 567). Le premier évêque supposé serait Audax en 412.
A partir du XIe siècle, le Bugey passe sous la domination de la Maison de Savoie.

Afin de contrer l'influence des comtes de Savoie, en 1175, l'Empereur Frédéric Barberousse, fait de l'évêque de Belley un prince d'Empire, jouissant des droits régaliens sur sa ville. Le premier de ces princes d'Empire fut Saint Anthelme, évêque de Belley de 1163 à 1178.

Le diocèse de Belley est rattaché par Henri IV à la France à partir du Traité de Lyon de 1601. C'est lui qui, en 1608, nomme à Belley Mgr Camus, écrivain et ami de Saint-François de Sales.

En 1790, les diocèses sont réorganisés par la Constitution civile du clergé sur la base des départements.
Le Concordat de 1801 englobe le département de l'Ain la Loire et le Rhône, dans le diocèse de Lyon, sous l'autorité du Cardinal Joseph Fesch, l'oncle de Napoléon.

Par une bulle du 6 octobre 1822, le Pape Pie VII rétablit le siège épiscopal de Belley en lui attribuant le territoire correspondant au département de l'Ain.
Le premier évêque de ce nouveau diocèse fut Mgr Alexandre Devie (1823-1852).

Depuis mars 1978, l'évêque réside à Bourg-en-Bresse, avec son administration, le Siège Episcopal restant à Belley. En 1988 est ajouté au nom du diocèse le titre d'Ars.

DESCRIPTION

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Belley fut construite sur l'emplacement de l'ancienne cathédrale du XIIe s dont il ne reste que le portail Nord avec une porte en tiers- point et une arcature à pilastres et pleins cintres.

Il servait d'entrée principale à l'ancienne cathédrale, qui comportait deux absides. Au-dessus du portail à l'extérieur, ont été encastrées des arcades romanes provenant peut-être de la cathédrale plus ancienne.
L'escalier des tribunes et l'abside avec ses cinq chapelles rayonnantes datent d'une reconstruction du XVe s.

La cathédrale ayant été fortement endommagée par les Révolutionnaires puis par le tremblement de terre de 1822, sa reconstruction fut décidée par Mgr Devie après le rétablissement du diocèse en 1823, et confiée à Antoine Chenavard, architecte départemental du Rhône, qui a cherché à réaliser un édifice de style gothique.

La reconstruction du clocher, de la nef, du transept et de l'avant-chœur fut réalisée de 1835 à 1851.

Dimensions :
longueur : 78 m 40
largeur du transept : 32 m 10
hauteur de la grande nef : 17 m
hauteur des basses nefs : 9 m 50
hauteur de la tour du clocher : 40 m

Les belles pierres appareillées proviennent des carrières de Contrevoz, de St Germain-les-Paroisses ou encore de Parves.
Au sommet, autour des quatre pinacles de la tour, sont placées seize statues de pierre représentant les saints protecteurs ou des personnages illustres du diocèse.

Au dessus du portail principal se dresse la statue de saint Jean-Baptiste, patron de la cathédrale.
La cathédrale comporte la particularité d'avoir un chœur plus grand que la nef.
Les toiles marouflées du transept sont l'oeuvre de Sublet.
L'abside : avec ses cinq chapelles rayonnantes, est pour l'essentiel, une construction de la fin du XVe s (commencée en 1440) dont l'antiquité est caractéristique :

L'abside et la statue de la Vierge de Chinard offerte par Mgr Cortois de Quincey (1751-1791).

L'ancien maître-autel a été transporté dans la chapelle des Chartreux à droite de l'entrée de la cathédrale, lors de la réforme liturgique (après le concile de Vatican II de 1962); Il est en marbre de Carrare, orné de riches sculptures dues à l'architecte Journoud et au sculpteur Clause (vers 1860).

On peut y remarquer, outre la colonne de pampres de vigne, une série de petites scènes bibliques de l'Eucharistie, délicatement sculptées, devant l'autel.

Autres autels : trois autels en marbre proviennent de l'ancienne Chartreuse de Pierre Châtel, l'autel de la chapelle de saint Anthelme, et ceux des chapelles de sainte Anne et saint Joseph.

Dominique Kaeppelin, sculpteur du Puy-en-Velay, a réalisé le nouveau mobilier de la cathédrale, installé en 2008, dont le but était de rendre les célébrations liturgiques plus fonctionnelles et qui fut béni, le 22 juin de la même année, au cours de la messe dominicale par Mgr Guy-Marie Bagnard, alors évêque de Belley-Ars. (L'actuel évêque est Mgr Roland).

Le décor du maître autel évoque la Source du Temple d'Ezéchiel dans l'Ancien Testament.
La structure est en bois recouverte de palladium jumelé avec de l'or.

Le grand orgue Cavaillé-Coll fut installé en 1858 et complété en 1936.
La partie instrumentale de l'orgue composée de 51 jeux est elle-même classée monument historique depuis 1973.
En 1875, le Cardinal Richard (évêque de Belley de 1872 à 1875,) commanda un orgue de 12 jeux qui remplaça le grand orgue, déplacé du chœur vers la tribune.

Plusieurs fois par an ont lieu des concerts organisés par l'association pour le renouveau des orgues de Belley (AROB) dont le but est de récolter des fonds pour leur rénovation.

Les chapelles du déambulatoire :

Sainte Blandine, esclave lyonnaise morte en martyre en 177 dans l'amphithéâtre des Gaules. Portrait de St François de Sales, évêque de Genève-Annecy mort en 1622, qui sacra Jean-Pierre Camus évêque de Belley.

Saint Joseph : autel en marbre polychrome provenant probablement de la chartreuse de Pierre-Châtel.
La chapelle de la Vierge : statue de la Vierge Marie, réalisée par le sculpteur lyonnais Joseph Chinard en marbre de Carrare, représentée sous les traits d'une matronne romaine et épargnée de ce fait par les Révolutionnaires.

Sainte Anne : peintures d'Antoine Sublet et Joseph Marinelli. Statue de Sainte Anne guidant Marie. Plaque commémorative du Frère Gabriel Taborin, fondateur des Frères de la Sainte Famille dont le musée situé rue du Chapitre se visite (sur réservation - se renseigner auprès de l'Office de tourisme).

Chapelle sainte Philomène, martyre des catacombes, ou chapelle du saint Curé d'Ars : statue du saint curé d'Ars réalisée en 1938.

La chapelle de saint Anthelme : dans cette chapelle sont inhumés les évêques de Belley dont Mgr Devie, premier évêque du diocèse (1823-1853) qui fit reconstruire la cathédrale. Derrière les pierres tombales des évêques morts durant leur épiscopat belleysan se trouve le reliquaire contenant les ossements de Saint Anthelme et dans lequel il n'y a plus qu'une effigie.
Autour de l'autel on peut admirer quatre peintures à fresques représentant des scènes de la vie de Saint Anthelme dont, à gauche, celle de sa consécration épiscopale par le Pape Alexandre III. A droite, une composition imaginaire où l'on voit Anthelme sur son lit de mort et le comte de Savoie à genoux lui demandant pardon.

La chasse de saint Anthelme a été offerte en 1901 par les Chartreux dont il fut le premier prieur général.

Le décor :
Son décor peint, réalisé entre 1869 et 1875, en fait une des églises les plus représentatives de l'art religieux du 19e siècle de la région.

En sont à l'origine, le peintre lyonnais Antoine Sublet (décorateur de saint Bruno des Chartreux à Lyon), des peintres bourguignons, ainsi que le chanoine Taconnet.

Plusieurs techniques ont été employées : peintures à fresques, peintures murales à l'huile et à la cire, peintures à l'huile sur papier marouflé, huiles sur papier et toiles marouflées sur le mur.


Les vitraux :
Ils datent de la reconstruction de la nef.
Ils sont signés de l'atelier Thibaut de Clermont-Ferrand, du peintre belleysan Desbordes ou des lyonnais Carré et Ambriot.
Ils présentent l'originalité d'être sertis dans un cadre métallique.

L'ensemble de la décoration a été restauré à l'identique entre 1992 et 1996 avec un financement de l'Etat.

Période d'ouverture

Du lundi au samedi: de 9h30 à 12h.
Le dimanche de 14h30 à 17h30. (le matin étant réservé pour la messe et sa préparation).

Tarifs

En accès libre.

Des visites guidées sont organisées sur réservation (à partir de 10 personnes) :
Adultes : 5 € - Enfant de 10 à 15 ans : 2,50 €.
Gratuit pour les moins de 10 ans.

Services

  • Visites individuelles guidées
  • Visites groupes libres
  • Visites groupes guidées
  • Visites individuelles libres

Langues parlées

  • Français

Modes de paiement

  • Chèque
  • Espèces

Place Popielusko Rue Saint Jean 01300 Belley Afficher / Masquer la localisation

Réservation

Centrale, Office de Tourisme Bugey Sud Grand Colombier
  • 04 79 81 29 06
  • http://www.bugeysud-tourisme.fr
  • contact@bugeysud-tourisme.fr

Afin d'améliorer votre expérience utilisateur et augmenter la qualité de notre service, nous utilisons des cookies pour réaliser des statistiques et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.