17/11/2019 Belley

18/11/2019 Belley

19/11/2019 Belley

20/11/2019 Belley

Belley, capitale du Bugey Cathédrale Saint-Jean-Baptiste

Belley, capitale du Bugey

Cathédrale Saint-Jean-Baptiste

Découvrez la cathédrale
Belley, capitale du Bugey La Maison natale de Brillat-Savarin
Belley, capitale du Bugey

La Maison natale de Brillat-Savarin

En savoir plus
Belley, capitale du Bugey Le palais épiscopal

Belley, capitale du Bugey

Belley capitale historique du Bugey, évêché depuis le VIe siècle, a marqué de son empreinte religieuse l’ensemble du Bugey Sud : cathédrale, églises, chapelles et couvents témoignent de ce riche passé.

 

Un bourg important à l’époque gallo-romaine

Belley bénéficiait d’une position de carrefour sur la route reliant Lyon à Genève.

Des fouilles effectuées par l’INRAP en 2008 ont permis de mettre au jour un vaste ensemble thermal édifié au IIe siècle et en activité jusqu’au IVe siècle.
On retrouve cette origine romaine dans l’emblème de la ville, la louve. L’étymologie de Belley se rapporte ainsi à Bellone, la déesse romaine de la guerre, représentée par cet animal.

Une représentation de cette louve (mais passante, non ravissante contrairement à celle représentée sur les armoiries) est exposée dans la Grande Rue, réplique de l’originale sculptée par l’artiste Colette Sonzogni.

L’influence du Saint Empire Romain Germanique et de la Maison de Savoie au Moyen-âge

Durant les premiers siècles du Moyen-Âge le Bugey passe de royaume en royaume selon les conquêtes ou les partages.

En 1077, le Bugey est cédé par le Saint Empire Romain Germanique à la Maison de Savoie.
Les évêques jouent également un rôle politique de premier plan dans la ville puisqu’ils en sont les seigneurs depuis Anthelme de Chignin, évêque de Belley entre 1163 et 1178, seigneur et saint patron de la ville.

Les remparts furent édifiés au XIVe siècle, après l’incendie de 1385 qui ravagea la quasi-totalité de la ville.
Il n’en reste quasiment plus rien aujourd’hui, si ce n’est un pan de mur boulevard du Mail (vers le parking de la pharmacie).

Gravure de Chastillon – Belley

1601 : le Traité de Lyon rattache le Bugey à la France

Le Bugey est annexé une première fois à la France entre 1536 et 1559. 

C’est Henri IV, par le traité de Lyon signé le 17 janvier 1601, qui l’intègre définitivement au Royaume de France.
La ville dépend dès lors de l’Intendance de la province de Bourgogne.
Belley devient alors, après Rossillon, siège du bailliage royal.
A admirer : la cour intérieure de l’Office de tourisme, ancien siège du bailliage, avec sa tour et ses galeries à arcades.

Tour et galerie de l’ancien hôtel du bailliage de Belley © Philippe Meunier Saint-Thomas TV

Au XVIIe siècle, plusieurs couvents s’installent à Belley et au siècle suivant, la ville se dote d’un nouveau palais épiscopal ainsi que d’un collège et d’un hôtel Dieu.

Belley depuis la Révolution

Après les bouleversements de la Révolution, Belley devient sous-préfecture sous l’Empire.
C’est en 1823 que la ville retrouve son siège épiscopal.

Ville religieuse, bourgeoise, commerçante, Belley est aussi une ville de garnison.
En 1874, le 133e régiment d’infanterie s’y installe. Il marquera durablement la vie belleysanne.
Un parcours mémoriel du poilu du 133e RI est à découvrir en forêt de Rothonne. 
En 1948, le 1er régiment d’artillerie coloniale cède la place à un escadron de gendarmerie mobile.

Belley possède un important bassin industriel depuis la seconde moitié du XXe siècle. Des entreprises y sont historiquement implantées, comme Le Tanneur (Hermès), Volvo, Comatel, Ugivis, Delachaux, Guilloteau etc.

Quelques monuments emblématiques de la ville : 

Des visites guidées de Belley sont organisées par l’Office de Tourisme, à dates fixes en été pour les individuels et toute l’année sur demande pour les groupes à partir de 10 personnes.
Réservations et renseignement : en ligne, par mail à groupes@bugeysud-tourisme.fr ou par téléphone au 04 79 81 29 06.

Un parcours historique a été mis en place par la Société Savante du Bugey et la Ville de Belley, comprenant 42 plaques explicatives sur différents bâtiments.
Le circuit du centre-ville uniquement se découvre en 1h30 à 2h et part de l’Office de Tourisme, au n°34 de la Grande Rue.
Téléchargez le livret

La cathédrale Saint Jean-Baptiste :

Classée monument historique, la Cathédrale Saint Jean-Baptiste de Belley, de style néogothique, a été reconstruite au XIXe siècle, sur l’emplacement de la cathédrale du XIIe siècle, suite aux dommages subis au fil des siècles et le tremblement de terre de 1822.
De l’ancien édifice, il ne reste que les arcades et les sculptures du portail nord ainsi que l’abside du XVe siècle. 
A découvrir : la châsse offerte par les Chartreux, contenant autrefois les reliques de Saint-Antelme.

Le Palais épiscopal et le parc Jean-Pierre Camus :

Cathédrale et Palais épiscopal de Belley © Philippe Meunier Saint-Thomas TV

Classé monument historique depuis 1932, l’ancien évêché du XVIIIe siècle fut racheté par la Ville en 1978 et abrite aujourd’hui la médiathèque ainsi que les locaux de la Société Savante Le Bugey.

Le parc Jean-Pierre Camus a été entièrement réhabilité en 2010 par la Ville de Belley pour en faire un lieu de détente et de promenade. Il comprend notamment une sculpture de Charles Machet, « La paix qui s’éveille ».

Les cours intérieures de la Grande Rue :

De nombreuses cours intérieures du XVe siècle jalonnent la Grande Rue.
Au n°11, la cour de la Maison du gouverneur est caractéristique de l’architecture Renaissance.
Le n° 62 abrite la cour de la maison natale de Jean-Antelme Brillat-Savarin, célèbre gastronome, auteur du traité de science culinaire La « Physiologie du goût ».

Cour de la maison natale de Brillat-Savarin à Belley (privée) © Philippe Meunier Saint-Thomas TV

La place des Terreaux : 

Autrefois, la place, située en dehors des remparts, servait de zone de remblais.
Les halles actuelles, en pierre, datent du XIXe siècle et ont remplacé les précédentes, en bois, construites au XIIe siècle pour abriter les marchés.

La Vieille Porte : 

Contrairement à la croyance populaire, la Vieille porte de Belley n’est pas un vestige des remparts du XIVe siècle. Elle servait de lieu de passage couvert aux Visitandines pour se rendre de leur couvent à leur jardin. 
L’ordre religieux féminin de la Visitation avait été fondé en 1610 à Annecy. C’est en 1622 que le couvent de la Visitation est créé à Belley, sur l’emplacement d’une porte fortifiée.
Il comportait, à l’ouest, un jardin et à l’est, le clos des Visitandines, accessible donc par la Vieille Porte construite en 1696 au-dessus des fossés.
Déclaré bien national à la Révolution, ce couvent servira de sous-préfecture entre 1842 et 1909, puis d’école élémentaire et de caserne de gendarmerie. L’école de la vieille porte a été démolie en 2016 pour faire place à un projet Semcoda, prévoyant la construction de 70 logements, de surfaces commerciales, d’un parking sous-terrain de 200 places et d’une maison pluridisciplinaire de santé. 

La Maison du Général Dallemagne : 

Cette demeure, située dans le parc derrière la mairie, a été construite au XVIIIe siècle. Destinée à l’origine à abriter une fabrique de toiles de coton, elle fut par la suite transformée en maison d’habitation puis achetée en 1799 par le Général Dallemagne, baron d’Empire.
Le bâtiment a été acheté en 1997 par la Ville de Belley. Il accueille actuellement le conservatoire à rayonnement communal.

L’institution Lamartine : 

Le collège fut construit au XVIIIe siècle pour l’instruction secondaire des garçons et dirigé par différentes congrégations religieuses.
Le collège compte d’illustres personnages parmi ses anciens élèves, comme Jean-Antelme Brillat-Savarin ou encore Alphonse de Lamartine qui y étudia entre 1803 et 1808 et dont la statue trône à proximité de l’entrée de l’établissement.
Il comprend notamment une chapelle du XVIIIe siècle.

Chapelle de l’institution Lamartine à Belley ©Aymeric Muller

En savoir + sur l’Institution lamartine

Contacts :
– Visites guidées : Office de Tourisme Bugey Sud Grand Colombier – groupes@bugeysud-tourisme.fr – Tel : 04 79 81 29 06
Ville de Belley : service culture : culture@belley.fr – Tel : 04 79 42 23 35. www.belley.fr
Association ABIS (Association pour la sauvegarde des fonds anciens et modernes) : permanence au n°37 rue Sainte-Marie à Belley (Maison Saint-Anthelme) tous les vendredis, de 14h à 16h et sur rendez-vous en dehors de ces horaires. assoc-abis@hotmail.fr – http://abisbelley.blogspot.com/
Société savante Le Bugey : permanence au Palais épiscopal de Belley le 2e et le 4e mardi du mois, de 16h à 18h. Téléphone : 04 78 81 80 16 – contact@lebugey.orghttps://lebugey.org/notre-societe


A découvrir également à Belley : la Distillerie Kario

Afin d'améliorer votre expérience utilisateur et augmenter la qualité de notre service, nous utilisons des cookies pour réaliser des statistiques et vous proposer des offres adaptées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.